jeudi 11 juin 2015

THE DWARVES INVENTED ROCK'N'ROLL - DWARVES

(2014)

 

 Disclaimer : En cas de victoire d'un camp idéologique ennemi, richtermusik.blogspot.com décline toute responsabilité des propos tenus sur ce blog. Blâmez les Nains. C'est leur faute, pas la mienne. Ok ?!


  A l'heure où j'écris ces lignes nous sommes en 2015 et ni le FN ni la charia ne règne sur la Gôle. Et c'est pas plus mal parce que je serais sans doute mort, une balle logée dans mon cortex ou mon corps pourrissant dans une rivière bien merdique, au vu du contenu de ce blog. Et pourtant il y a bien pire que moi, bien plus outrancier, bien plus rien-à-branler-de-ta-gueule-et-de-ta-morale-montre-moi-ta-chatte-que-je-te-fourre si vous voyez ce que je veux dire, know what I mean uh ? Tenez par exemple, prenez les Nains (au hasard, et non pas parce que vous lisez un article leur étant dédié, non, non). Les Nains ?  Bah oui ce sale combo originaire de Chicago, qui a fricoté d'un peu de trop près avec GG Allin "le noir Jésus du rock'n'roll" et qui nous pond depuis près de 15 ans des albums chaque fois meilleurs que le précédent. Vous voyez toujours pas ? Mais si, putain, les Nains le groupe avec les gonzesses à poil sur les pochettes, ceux qui ont écrit un concept-album sur les mutilations des gens à altimétrie réduite à travers les âges. Ouais, les mecs, ceux qui ont montré à toute une génération d'ados à la con bourré de pop-punk MTV ce que c'était être des vrais punks bien crades.

  La durée de l'album en dit déjà long sur le programme : ça va être intense ! 26 minutes, 15 pistes, on est pas là pour se toucher la nouille, les morceaux sont expédiés et maitrisés de bout en bout. Pas de place pour du superflu, l'énergie prime et basta ! L'enfer auditif du hardcore furax d'antan vient se fracasser à des influences nettement plus cool, plus surf, plus Beach Boys, au point que ça en devient un immense melting-pot de tout ce que les groupes "indés", comme on dit à la FNAC, ont pondu depuis 30 piges. Le pied. Alors ouais la production est impeccable, le son est cristallin, "ça fait pas comme sur les skeuds de crust" mais c'est pas pour ça qu'on droit à une galette de vendus. Délaisser le son un poil cheap du début des 90s pour pondre un album pareil, 'y a rien d'honteux.

  Au niveau des paroles "le dernier bastion du punk dans le monde moderne" se démerde toujours aussi bien. Au menu : cul dans le registre vulgos, mort, haine de cette putain de société de merde et drogues. Dézinguant essentiellement tes espoirs dans ta vaine recherche de sens à ta vie moisie, les Nains te ramèneront directement là d'où t'aurais jamais dû partir : dans le dégoût primaire de toute humanité civilisée. Les passages glauques se succèdent depuis ce motel de passe, ce sol où traîne une connasse morte, jusqu'à cette fête de l'Apocalypse entre deux moments de violence aveugle et sanguinolente au cours du "bal de l'explosion des plus basses pulsions". Aucun respect pour personne, un bon gros fuck à la Terre entière, what else ? Le tout est servi par un chant adapté à toutes les circonstances, se jouant des tempos et des modes, juste excellent. Comme à la grande époque une succession d'hymnes à faire gueuler les mères au foyer, les cathos intégristes et les barbaputes. Seule la dernière piste vous fera un peu douter, avant ce medley du pire, ces Nains-là auraient-ils un cœur qui bat sous les monceaux de saloperies qu'ils débitent ?


  Au final, un des groupes les plus intègres du punk rock US vous livre une galette bien sale au niveau des lyrics et de l'attitude mais rudement bien ficelée. Bouffant à tous les râteliers de la keuponnie et mélangeant le tout superbement dans une régurgitation de qualité, les Nains s'imposent vraiment comme les derniers vrais maîtres du bon goût à la Pistols ou DK, vous transposant cet esprit bileux de la fin des années 70 directement dans votre iPad d'enculé de fils de bourge de merde. Prenez ça fans de Bad Religion.








 Je déconne, le dernier Bad Religion était vraiment bien.



Recommandé particulièrement :
- 'Hate rock', départ en trombe
- 'Kings of the world'
- 'Sluts of the USA', Jesus is on our side yeah
- 'Dead on the floor'
- 'Get up and get high'
- 'Fiction', ce qui sauve l'Homme de la réalité c'est la fiction...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles aléatoires

Blogger