dimanche 26 octobre 2014

DIE TOTEN HOSEN TOP TEN

  Suite à un commentaire laissé sur ce blog et à une certaine overdose de politique franco-franchouillarde télévisée, je me suis dit que je pourrais vous servir un article comme je l'avais fait avec the Offspring et die Ärzte. Cette fois-ci abordons donc un autre groupe cultissime de mon bac à CDs, lui aussi made in Germany. Prenons notre machine à voyager dans le temps et rendons-nous dans cette espèce de moitié de pays qu'on appelait RFA en 1982.
  Un jeune homme anglo-allemand ramène de Londres une paire d'album punk dans la ville laborieuse de Düsseldorf, en plein cœur de la Ruhr. L'industrie est lourde, moche, la menace de la guerre avec la DDR plus lointaine qu'ailleurs. Ne reste que l'ennui qui pétrit nos vies, entre des caisses de supermarché, un quotidien déprimant et une angoisse latente de simplement "passer le temps" avant de mourir. Ce garçon c'est Campino et avec ses potes il va se mettre à jouer dans un garage avant simplement de lancer un de ces groupes de rock allemand qui a permis l'édification d'une culture allemande moderne, propre et sans aucun attachement  au putride IIIè Reich ou aux mannequins de cire socialistes.

  Les Hosen pourraient avoir un statut comparable à celui d'un Johnny avec 25 années de moins. Incontournables, omniprésents, ne s'arrêtant jamais, étant passés par bien des phases et parfois même horripilants. Car oui, ils ont des mauvais côtés, notamment leur côté moralisateur, leur fibre un brin bobo et beauf à la fois, leur passion pour les idées de gauche "bien pensante" ainsi qu'un goût immodéré pour les chemises très moches mais cela on peut leur pardonner au vu de la qualité de certains de leurs morceaux. Même au creux de leur vague créative au mitant des années 90 on trouve une trace de ce qui fait qu'ils sont avec leurs ennemis les Boehse Onkelz sans doute le plus grand groupe germanophone de tous les temps. Trêve de blabla, passons aux choses sérieuses, voici les dix morceaux des financiers du FC Fortuna  qui m'ont le plus touché, en dehors de ceux présents sur 'La hermandad - en el principio fue el ruido', tout bonnement le meilleur album rock que j'ai pu entendre, ou du dernier en date 'Ballast der Republik' traité ailleurs sur ce blog.


10. Bye Bye Alex -Ein kleines bisschen Horrorshow (1988)


  Si 'Hier kommt Alex' est sans nul doute le morceau du groupe le plus diffusé à l'étranger (même les Français connaissent), il n'est pas celui qui m'a le plus marqué. Concept album tournant à la fois autour d' 'Orange Mécanique', de Beethoven, de la folie et de la violence,'Ein kleines bisschen Horrorshow' est le premier CD estampillé DTH à avoir été pensé au-delà d'une collection de pistes isolées. Première pierre d'une réflexion qui allait se prolonger le plus clair des années 90, l'album fait date et on trouve ainsi un morceau jumeau de leur ultra-tube en fin de galette, que je trouve personnellement bien plus fort. Construit en miroir il nous expose un Alex vieillissant et triste à voir, pathétique, bien loin de l'effroi qu'il inspirait jadis. Regardez aujourd'hui les vieux skinheads ou les anciens bikers, terreurs nocturnes déchues des 80s, avec leur diabète et leurs problèmes cardiaques : chacun d'eux est un peu d'Alex. O Vieillesse ennemie...



09. Bis zum bitteren Ende - Opel-gang (1983)


  Issu de leur tout premier album, ce morceau est devenu un des plus connus du groupe, allant même jusqu'à devenir leur devise officielle. 'Jusqu'à l'amère fin' n'est pas un vain mot pour les rockeurs de Düsseldorf, puisqu'ils ne font pas mystère de leur volonté de tous résider dans un caveau "familial" une fois expédiés ad patres. Morceau joyeux et presque dansant, ode à la biture pré-mortelle, il reste un des classiques de leur répertoire et une mise en bouche toujours efficace avant de passer aux chose sérieuses pour les fans se rendant en grappes à leurs concerts.



08. All die ganzen Jahre - Auf dem Kreuzzug ins Glück (1990)


  Ce morceau est précisément celui par lequel j'ai découvert les Toten Hosen et il contient bien des gimmicks propres au groupe. Chant puissant, rythmique pas si rapide que ça et lignes mélodiques de guitare tantôt inquiétantes, tantôt déchirantes, c'est sûr que ça me changeait de die Ärzte. Plus matures, plus désabusés les Hosen nous parlent ici d'un phénomène que si vous avez plus de 25 ans et des idéaux vous devriez bien connaître : le sentiment que certaines de vos connaissances de vos folles années se trahissent et intègrent un mode de vie qui jadis les répugnait. Pour un tas de raisons le jeune rebelle devient le plus clair du temps le possédant cynique qu'il haïssait jadis, effaçant en quelques mois toutes ces années, reniant tous les patchs anarchie sur son sac de cours...Thème par ailleurs déjà exploré à la même époque par les Médecins, sur l'épique 'Kopfüber in die Hölle'.
  Quant au clip, hé bien heureusement que je ne l'ai vu que des années après tant ce florilège de chemises et de pantalons aux motifs les plus improbablement associés est de bon goût...



07.Schwarzwaldklinik - Damenwahl (1986)


  Espèce de mix répugnant entre 'Plus belle la vie' et 'Urgences', 'Die Schwarzwaldklinik' était un soap opera allemand des années 80 traitant joyeusement de la vie, vous l'aurez deviné, au sein d'une clinique de la Forêt Noire. Quoi de mieux pour vous remettre d'une pénible journée de travail que de s'avachir devant un feuilleton peuplé de cancéreux, de dépressifs et de brûlés au 3è degré, hein ?
C'est en gros le message véhiculé de façon bien sarcastique ici, avec un ton reflétant bien la connerie inhérente à ce genre de productions morbides dispensées au bon peuple. Wizo par ailleurs aura quelques années après un ton similaire, bien qu'un peu plus trash, et reprendra la recette de cet hymne punk avec un refrain terriblement accrocheur, idéal à gueuler en foule dans un stade.



06. Mensch - Opium fürs Volk (1994)


 Album difficile d'accès, 'Opium fürs Volk' a le mérite de voir le groupe repousser ses limites tant en termes de composition que de style, empruntant à des registres éloignés du punk rock teutonade des débuts. Si dans la musique des Hosen ce qui m'a toujours plu était l'énergie, le bruit et la fureur, ainsi qu'une certaine noirceur teintée de désespoir, il faut saluer cette volonté de se dépasser. 'Opium fürs Volk' est en quelque sorte le 'In utero' des Allemands, mais je n'ai jamais réussi à me mettre pleinement dans cet album jusqu'à présent, malgré toutes ces qualités. Outre son côte criard et funky à la fois, ce morceau m'a surtout plu pour ces paroles, ici particulièrement cruelles et vraies, qui font toute la différence et propulsent cette étrangeté rock au niveau de formations bien éloignées de la base punk rock, tel que par exemple Midnight Oil ou même le U2 d' 'Achtung Baby' (mort depuis une éternité on s'entend). A l'image des autres pistes, un morceau traitant de sujets lourds tels que la dépression et la religion, sous un angle négatif évidemment hein, faut pas déconner. A signaler sur la même galette 'Nichts bleibt für die Ewigkeit' pratiquement de la même trempe, mais bien plus glauque et inquiétante.




05. Willkommen in Deutschland - Kauf mich ! (1993)

 

  Au début des années 90 suite à la Réunification un certain nombre de militants d'extrême-droite se sentent pousser des ailes et en réaction la société civile allemande va largement se mobiliser contre eux. A cette époque fleurissent plusieurs chansons grand public contre les néo-nazis, et inévitablement les Hosen publièrent la leur et sortent la grosse artillerie anti-croix gammées. Le reste se passe de commentaires, y compris encore une fois ces hideuses chemises...


 

04. Steh auf wenn du am Boden bist - Auswärtsspiel (2002)


 On l'a vu les Toten Hosen ne sont pas des gros marrants et traitent souvent des grands sujets d'une façon noire et désabusée. Flirtant régulièrement, tout comme Arte, avec la dépression et le désespoir il leur arrive pourtant aussi d'exprimer des choses plus positives. Destinée à chacun de nous cette ballade, certes proche de la teutonade, a été créée pour aider quiconque l'écoute à se ressaisir et à se relever, même aux pires moments de sa vie. Le monde continue toujours de tourner, avec ou sans nous, alors autant que ce soit avec nous finalement...


 

 

03. Armee der Verlierer - Bis zum bitteren Ende (1987)


  Présente sur ce qui est peut-être un des trois meilleurs albums live de ma collection, cette chanson mid-tempo nous expose la rancœur de la masse anonyme que nous constituons pour la plupart, destinée à ramper devant des maîtres qu'elle n'a pas choisi au nom finalement du Sacro-saint Capital. De génération en génération inexorablement grossit l'armée des perdants... A mon sens c'est là bien plus l'essence du punk rock que de se battre contre des fantômes néo-nazis bien vains face à l'oppression constante de la société de consommation. Je vous laisse méditer, vous avez 2 h pour rendre votre copie.

 

02. Auswärtspiel - Auswärtsspiel (2002)


  Sans doute la piste du groupe restant le plus en tête, cet hymne au vrai football (celui joué avec les copains du quartier, pas par les bâtards payés une fortune et revendus périodiquement sur le marché aux gladiateurs par de putrides qataris ou autres enculés en costards) annonce la phase musicale actuelle des Hosen, la meilleure, de par son côté simple et puissant. Véhiculant ce que devrait véhiculer un club de foot digne de ce nom, là aussi un morceau taillé sur mesure pour les stades. L'important c'est pas le fric, c'est le jeu, olé, olé, on chie sur la victoire !

 

01. Nur zu besuch - Auswärtsspiel (2002)


  Bien loin des autres morceaux présentés ici, voici une de ces ballades que les Hosen sortent de temps à autre. Campino nous parle ici simplement de  sa relation avec sa mère. Texte très personnel, mots directs et musique éthérée, pas de besoin de plus parfois, car au-delà de la colère se cache bien souvent simplement de la tristesse. La chanson la plus touchante de leur répertoire à n'en pas douter.




  Voilà pour ce bref tour d'horizon. Bien évidemment il ne s'agit là que de mes morceaux favoris au jour d'aujourd'hui, plutôt agressifs et noirs, j'en conviens. Mais les Toten Hosen ne se cantonnent pas uniquement à ce genre de productions et je vous invite vraiment à jeter une oreille bienveillante sur ce qui est peut-être le plus grand groupe de rock contemporain d'Europe continentale.

3 commentaires:

  1. Slt et merci pour ce texte, j'ai appris pas mal de petites choses, c'est pas moi qui t'ai donné ce boulot lol ..... Sinon pour info, ils remettent ça début décembre mais j'ai pas la tune pour y aller, j’espère me rattraper en 2015. Sinon, j'essai de trouver des musicos pour faire un coverband mais pour l'instant sans succès. J'ai quelques vidéos sur youtube, il faut juste taper "coge25" Tu me diras ce que tu en penses ... en bien ou en mal, y'a pas de soucis.
    @+

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut, en vérité j'avais le brouillon de cet article depuis déjà quelques mois sous le coude ^^.
      Pour tes covers, elles sont toutes tout à fait décentes ne t'en fais pas. Concernant ton envie de cover band accroche-toi, ce ne sera pas facile de faire jouer par des francophones des morceaux germanophones (je présume que tu vis en France). Je n'y suis personnellement jamais arrivé, me contentant de reprendre des trucs anglophones ou francophones (brrrrrr....). Mais on ne sait jamais, avec le Net beaucoup de gens se penchent sur beaucoup de styles jusque là introuvables dans l'Hexagone, le vent du changement est là !
      Enfin, toujours sympa de voir un visage humain derrière un pseudos.


      PS : Stiff little fingers et Cockney Rejects, bons choix ;)

      Supprimer
  2. Salut et merci de la réponse, concernant le cover, ça doit faire 18 mois que je mets des annonces pour rien, ils ont pas de gout, normal lol Pourtant je suis persuadé que ça permettrait de faire des super concerts avec une putain d'ambiance, de les faire connaitre également..... mais bon.
    Sinon, je suis du Touquet dans le Pas de Calais, ca aide pas non plus pour trouver des musicos ..... mais je suis patient et pour l'instant, je me fais plaisir. Concernant SLF, j'ai toujours aimé ce groupe (peut etre moins les derniers albums) et pour Cockney, j'ecoute depuis mes 16/17ans et j'en ai ...47, c'etait au Zikenstock 2014. Cette année, il devrait y avoir en autre Peter and TTB ...:-)
    Voila, au plaisir de te lire
    Coge

    RépondreSupprimer

Articles aléatoires

Blogger