lundi 20 mai 2013

FRAKTURKO - FRAKTURA MOZGA et MAŠINKO

(2011)

  Ce split nous venant tout droit de Croatie, c'est un peu le genre de truc qui vient sans prévenir d'un des derniers endroits auquel on associe a priori le son formaté que l'on aime tant par chez nous.
  Et pourtant, ce n'est pas très étonnant si on se penche bien sur l'histoire de l'ex-Yougoslavie. Le pays peu après la mort de Tito connut lui aussi sa vague punk avec bon nombre de formations actives durant toute la décénnie 80, et fait unique dans un pays socialiste, elles étaient tolérées. Les Yougoslaves ne sont pas des nouveaux venus dans le business, loin de là et après le coup d'arrêt des guerres successives (on a tendance à oublier ce que c'est, le cul rivé sur nos canapés), ils reprennent du poil de la bête.
Tout comme pour le Trallpunk en Suède, il est plutôt difficile de se procurer les albums cultes de la scène, et je n'ai pas le temps personnellement d'y consacrer mes week-ends, mais de temps en temps c'est sympa de se plonger dans un album venant des Balkans.

  Nous avons ainsi ici deux groupes de Zagreb, assez différents, opérant chacun dans une sous catégorie du punk rock. Celui qui ouvre le bal avec sept pistes, Fraktura Mozga ou "fracture cérébrale" , officie plutôt dans un pop-punk pêchu et rapide. C'est de loin le groupe qui a le son le plus travaillé sur ce split. Le rythme est soutenu et les breaks très bien construits ; la variété et un brin de technicité sont au rendez-vous pour compléter le tableau.
Dans la même veine, le chant est à rapprocher de l'époque bénie du pop-punk des 90s, réméniscent de groupes marketés comme Bowling for Soup et consorts, mais en moins gnan-gnan.
Les textes quant à eux alternent une vague désillusion telle que sur 'Život je Sranje' ou 'La vie craint' et l' "egotrip" comme sur 'Rud, Budha i ja'.
Bref, vous l'aurez compris, c'est la Californie (ou SPN-X au choix) qui s'invite en Croatie.

  Enfin il y a leur dernière piste, rapide, méchante, hardcore avec un texte à la hauteur : "Je vous tuerais/Je vous couperais la gorge/ Petits porcs". Ok, soit.


  Le second groupe, Mašinko, est moins pop et ressemble plus aux anciens groupes yougoslaves et brittaniques type UK Subs dans sa façon de faire simple et linéaire, alignant de bons morceaux et d'autres plus anecdotiques. Le son est plus gras, à l'instar de la voix du chanteur, et généralement plus brut de décoffrage. Des relents Oi! avec des choeurs pâteux ponctuent la plupart des pistes ainsi que des solis, chose que Fraktura Mozga ne faisait pas tellement.
Le tempo est plus lent, pas trop de D-beat, avec une production plus faible mais l'ambiance est collective et festive, les compos étant taillés pour la scène (surtout le con-con mais efficace 'Od kuće do raketa' ou 'Kako je Potjeh tražio rakiju ').
Je n'ai pas pu me procurer les textes par contre et ne peux pas juger de leur contenu par conséquent.

  Au final, en dehors de toute recherche d'exotisme linguistique et rock, chacun des deux groupes vaut largement un groupe français, allemand ou anglophone lambda. De bonnes mélodies, de l'énergie et un peu de noirceur par moment, rien à redire.






Recommandé plus particulièrement :
*De Fraktura Mozga :
- 'Život je Sranje', juvénilement jubilatoire
- '2002' 

 *De Mašinko :
- 'Punk protiv pedofiljie' ou "les punks contre la pédophilie" (sic)
- 'Ditiramb'

PS : l'album est téléchargeable gratuitement sur les sites respectif de chaque groupe : http://frakturamozga.bandcamp.com/album/frakturko-2011 et http://masinko.kristeboze.com/.

PS 2 : Mašinko gagne le prix du logo vraiment wtf.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles aléatoires

Blogger