mardi 29 janvier 2013

SUFFER - BAD RELIGION

(1988)

 

  Je crois que c'est Fat Mike, encore lui, qui avait dit : 'A la fin des années 80, il n'y a eu aucun disque de punk rock valable, à part Suffer de Bad Religion'. Force est de constater qu'il avait raison sur ce point.

  En 1988, Bad Religion ne sont plus des fringants nouveaux venus, mais pas encore le monstre sacré qu'ils sont devenus aujourd'hui. Ils n'avaient rien à prouver avec cette galette, celle de la reformation et celà se ressent, ils font ce qu'ils aiment faire : du punk comme on en jouait alors en Californie.

  Le tempo est très rapide mais pas infernal -on est en '88 quand même-, les compos sont très courtes, une minute trente en moyenne, et surtout s'enchaînent.
Chacune des  15 pistes semble juste faire son temps sans traîner plus que celà. Tout est dit en 26 minutes.
Techniquement, Bad Religion est à l'aise et nous offre de la musique bien carrée sans trop de fioritures, mais sans donner pour autant une impression de vide ou de bâclage.
Leur style si reconnaissable et appréciable est déjà à matûrité, ce qui fait que l'ensemble de la production est percutant et attractif.
 Un bon moment en perspective, sans véritable maillon faible.

  Au niveau des textes chantés plutôt posément par Graffin on trouve une détestation honnête et sans compromis de la société américaine de l'époque et de ses deux piliers : consumérisme confinant au crétinisme et morale chrétienne puritaine. Tout le long de l'album, on a donc droit à des attaques acerbes et en règle des différents acteurs de la vie publique californienne, comme souvent chez Bad Religion, avec des figures de style littéraires intéréssantes et fouillées.
 
  Au final, c'est court, à la mode 80s,  avec des paroles sérieuses et pourtant musicalement agréable. What else ?




Recommandé plus particulièrement :
- You are (the government)
- Best for you
- Land of competition
- Part IV (The fossil index)
- When

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles aléatoires

Blogger