vendredi 23 novembre 2012

WENN IHR ES SO WOLLT - SPEICHELBROISS

(2008)



  Initialement j'avais commencé à écrire pour la dix-huitième fois l'article dédié au 'For blood and empire' d'Anti-Flag, mais trop de mélodie et de chant teenager américain m'ont ramené à mes vieux démons, le son bien cradingue du deutschpunk de caniveau. Trop des tapettes ces Américains décidément... **smiley de rigueur à votre convenance**.
  Ce qu'il y a de bien avec nos cousins germains, c'est qu'il y a toujours un groupe quelque part entre Poméranie et Danube, qui va sortir un LP avec un son que l'on pensait à jamais délaissé. Mais ce groupe sans grande prétention, Speichelbroiss, originaire de Bavière, fait assez fort.

  Déjà la qualité d'enregistrement est loin des grandes heures de l'Industrie du Divertissement Auditif, conférant un aspect bien garage au son, mais sans que celà n'en devienne inaccessible. Juste régional, et pourrait-on dire authentique. La guitare a un son, hé bien, garage alors que le duo basse-batterie s'en tire plutôt bien et charpente judicieusement les 12 pistes de la galette.
Techniquement, bien évidemment on ne va pas crier au génie pour les lignes mélodiques principales, même si la majorité des morceaux présentés sont accrocheurs. On a cependant quelques preuves disséminées au fil de l'écoute que les punkers de Weiden in der Oberpfalz ne sont pas des quiches. Les solis des Islam Bruder - celà ne s'invente pas - étoffant ainsi la production sont  bien trouvés et amènent réellement certains morceaux un cran au-dessus.

  Le groupe navigue entre punk très vieille école européen et hardcore des premiers jours avec parfois même une touche de ce bon vieux rock'n'roll.
 Si vous connaissez des groupes indonésiens, au demeurant loin d'être terribles à ce que j'ai pu en écouter, leur approche est similaire.
D'ailleurs ils tournent là-bas comme par miracle...

  Le chant est typique du deutschpunk de base. Granuleux, primaire, speed et hargneux. Comme je l'aime personnellement. Mais la mélodie est bel et bien présente malgré tout, et c'est çà qui distingue le bon son de la merde. Les refrains sont simples, scandés en chœur et aisément mémorisables.
On ne compte qu'une seule et unique teutonade, 'Alter Mullah' ou 'vieux mollah', au texte tout sauf volksmusik. Du coup on peut pardonner. 
  On trouvera également une piste en anglais, 'Out of the streets' qui est tellement too much que je la trouve super cool. Les paroles sont juste génialement cliché.
 Celles des autres morceaux sont sur tous les thèmes classiques du genre. Mais après tout l'attirail pogo-anarchie, s'il est vécu, reste intéressant.  On ne va pas s'étendre trop mais haines de la société, de la religion, des poseurs sont au rendez-vous avec parfois un peu de mélo et de "punk represent in Bayern" en plus.
  Honnêtement, on les sent sincères et c'est ce qui fait fonctionner leurs textes.
D'ailleurs la pochette, même si assez moche, résume très bien cette attitude du seul contre tous, avec pensée appuyée à Crass au passage.
Contre l'ordre (les flics), le crétinisme (les prolls ou beaufs) et la bien-pensance de merde (la grand-mère). Le tout dans un décor de conte de fée...

  Enfin un dernier point assez important : l’agressivité ne verse pas dans l'outrance.
C'est cet équilibre précaire du punk 70s -le vrai, pas les daubes US- qui a réussi a se maintenir dans le monde non-anglophone, entre mélodie et bruit que l'on retrouve ici, bien loin de la vague hardcore à la mords-moi-le-nœud.
 Les parties mélodiques sont abouties mais ne délaissent jamais ce sentiment de détestation profond des valeurs réactionnaires omniprésentes (ou autrement dit "l'effet Bavière"). Quelque chose de difficile à trouver, comme un point entre entertainement et discours construit.

  Au final, sans doute pas un monument intergalactique du punk, mais tout de même un album bien au-dessus de la moyenne de la soupe standard des énervés de gauche teutoniques, offrant des pistes solides au côté d'autres moins abouties, voire disons-le carrément pénibles par moment.
Vous l'aurez compris, pour un auditeur standard de Kati Perry, de blackdeathdoom ou de K-maro, çà sera sans doute trop de mauvais goût. Mais pas pour les amateurs de vieux son "rebelle".
Et puis vous êtes sur Richtermusik pas Radio Nostalgie, hein.



Le top :

-'Jimmy' dédié à tous les ayatollahs du punk et bien 90s
-'Jetzt Reichts', bien mitteleuropa
-'Alte Schule' bien ... old school
-'Unsere Herren', LE TUBE présent sur Schlachtrufe BRD 9, forcément
-'Angst' bien speedé
-'Nein nein nein', oh ouais nique la religion.


PS: Allez, K-maro vous l'aviez oublié non ? :p

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles aléatoires

Blogger