mercredi 7 novembre 2012

ARKONA - SLOVO

(2011)

 

  Folk metal. Le mot est lâché.
Un genre pas très sale en soi, bien plus télétubbies que le black brutal à la Mayhem ou du vieux death de derrière les fagots, mais qui continue à étendre son emprise depuis une petite quinzaine d'années sur les jeunes filles en fleurs et les nerds un peu trop portés bière et Dongeons et Dragons. Ou juste trop nationalistes pour être sains. Bref, le genre de quincaillerie qui au mieux donne envie de se foutre de la gueule de la personne en écoutant, au pire envie de gerber sous les coups de boutoir métalo-hippio-volksmusik ruraux.
Mais là, pas vraiment curieusement.

  C'est en cherchant du black metal sud-américain sur Myspace (comme quoi c'est pas encore tout à fait mort), que Slovo m'a sauté à la gueule. Et la musique des Russes s'est incrusté dans mes oreilles tant et si bien que des Ohrwürmer m'ont pris au boulot.
Signe d'un album qui vaut la peine qu'on se penche dessus.

  Arkona, les metallo-geeks connaissent bien. Actif depuis 2002 le groupe tourne autour de Masha Scream qui compose le plus gros de la production. Leurs thèmes de prédilection sont les machins épiques nationalistes et tristes habituels, ainsi qu'un certain dédain de la société moderne, doublé d'une adhésion au paganisme slave. On est donc aux frontières de la fange, question positionnement politique et religieux, même si le paganisme a un côté attractif indéniable.

  Au niveau musical on oscille joyeusement entre black, death, metal symphonique de mauvais goût à la Nightwish, tradition russe et volksmusik version slave. Un brassage de genres aussi intéressant que casse-gueule.
Mais le groupe s'en sort vraiment pas trop mal. Bien sûr il y a du bon gros bouzin bien pourri par moment mais pas tant que çà ! Parmi le pire il y a 'Leshiy' digne d'une foire à la saucisse avec un cochon qui vole, et les plates 'Predok' et 'Potomok'. Mais tout le reste s'est révélé digne d'intérêt.

  Sur les 14 morceaux on trouve un peu de tout. Certains ronchons du net y ont vu un éparpillement, un manque de cohérence ou une bouillie, mais justement c'est l'inconstance des compos qui rend le truc si bon. Le décalage d'ambiance semble ici aller de soi, au contraire de Finntroll et autres, et l'alternance voire la superposition des registres folk ou métal est rarement bancale.

  Cependant l'accent n'est pas tellement mis sur le côté métal, mais plutôt sur l'aspect traditionnel slave.
Le son des guitares est la plupart du temps en retrait au profit des flûtes, de la balalaika, des choeurs et de la voix assez extraordinaire de Masha, qui est le véritable pilier du groupe. Elle passe du chant clair au grunt en maîtrisant les deux parfaitement et vient renforcer ainsi l'instrumentation pourtant déjà très riche.
Celle-ci lorgne d'ailleurs sévèrement vers les tempos lents et les mélodies classiques, ce qui confère un aspect assez posé et soft à l'ensemble du disque, bien adapté au propos des paroles.
Car enfin il y a la langue russe qui est toujours aussi belle, ce qui n'est pas négligeable.


  Au final, si comme moi vous ne les connaissiez pas et que vous êtes à la recherche de nouvelles contrées musicales pas trop extrêmes (et sans influence hip-hop ou électro, mais celà va sans dire), ça pourrait être intéressant de vous pencher dessus.






Recommandé :
-'Az'/Arkaim'
'-Stenka na stenku'
-'Zimusha'
-'Zakliate'
-dans une moindre mesure 'Bol'no mne'

2 commentaires:

  1. Bravo, je crois que j'ai trouvé un blog où perdre le peu de temps libre que me laisse mes études, je te félicite, même si je ne suis pas tout à fait d'accord avec tout ce que tu dis, mais je respecte,
    félicitation et bonne continuation !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te remercie ! C'est toujours agréable de savoir que derrière les statistiques il y a des gens.
      Ne t'en fais pas, je suis bien plus nuancé que le blog ne le laisse croire ;)

      Et bonne chance pour tes études en tous cas.

      Supprimer

Articles aléatoires

Blogger