mercredi 3 octobre 2012

THRONRAUEBER - TOTENMOND

(2008)



  Dernier album en date du trio, Thronräuber est un condensé de lourdeur, d’agression sourde et de colère contre le Sort et Dieu.
Le groupe n'est peut être pas le plus extrême de la planète mais ils en tiennent une bonne couche et ont sans doute mérité le titre régional  de groupe le plus lourd de la Mitteleuropa.

  Et chose très intéressante au milieu de productions surfaites infestées pas les claviers et autres conneries du genre, ils nous proposent un son unique qui mélange habilement les influences death, thrash, black metal et punk hardcore (leur style originel). C'est donc une espèce de fusion qui nous est offerte de toute la scène metal "classique" du XX ème siècle depuis la Bay Area à la Norvège en passant par l'Angleterre.
Chaque piste de l'album déboule tel un rouleau-compresseur auditif et piétinera toute forme de joie ou de faiblesse en vous. Un peu comme un bon vieux Slayer mais en encore pire. Les riffs plus pesants que le plomb vous enfonceront dans des tréfonds de violence et de désespoir, comme dirait un ado vaguement porté T-shirt à tête de mort..
Le tout sans une grande technicité, il faut bien se l'avouer. Pas de solis ravageurs ni à la guitare ni à la batterie, la primitivité est à l'honneur. C'est sans doute en celà que leurs origines punk interviennent le plus.

  Chacune des 12 pistes suit sa propre trame de noirceur sans ressembler aux autres. 
Les compos sont relativement complexes et évitent le schéma classique couplet/refrain le plus souvent.
Les tempos varient considérablement d'un morceau à l'autre mais on a généralement le droit à de la sauvagerie bien rapide notamment sur 'Schlachtinfarkt' ou dans la seconde partie de 'Dornenschaf'.
En définitive vous l'aurez compris, bien que très fréquemment comparé sans fondement véritable à Rammstein, le trio württembergeois renvoit n'importe quel autre groupe teutonique au rang de petites pucelles habillées en rose Barbie.

  Le chant est guttural et puissant à souhait dans une langue allemande tellement maléfique et dégueulasse qu'on en arriverait à la confondre avec le Parler Noir du Mordor.
Les textes sont très noirs et la Mort dans ce qu'elle a de plus gerbant et cruelle est bien entendu au rendez-vous. Enfin pour qui comprendra quelque chose !
Les thématiques n'ont rien de bien exotique, mais le point de vue apporté par "Pazzer" est assez original, même s'il reste très sale et sans compromis.

  Bref, pas grand-chose à dire sinon que c'est un disque qui nous plonge dans un Enfer bien plus prenant que celui de nombreux "artistes". Et pour tout amateur de musique qualifiée comme extrême, c'est un must-have ou au moins un must-hear.
Le mieux étant encore d'écouter cette galette de pur plomb pour s'en faire une idée.



La crème de la crème :
- 'Luzifer Stampft (I et II)'
- 'Schwarz als Zweck'
- 'Achtung Panzer'
- 'Templung Omnium Honimum Pacis Abbas'

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles aléatoires

Blogger