mercredi 31 octobre 2012

MES PIRES ALBUMS

  Partout sur le Net on peut lire des petites chroniques, disant que tel groupe produit une musique infâme et blablabla et vas-y que je t'en rajoute une couche.
Bien sûr en fonction de nos goûts musicaux personnels, on ne va pas tous apprécier tel ou tel album de la même façon. C'est avant tout une question d'affect et de zeitgeist, je pense.
Mais puisque j'en suis à faire comme tous les moutons consuméristes 2.0 (retiens bien cette phrase, ça pourra servir un jour), hé bien autant vous montrez de la vraie bonne musique de merde.
C'est en fouillant dans mes poubelles que je vous ai sorti les pires chiasses qu'il m'a été donné d'entendre au cours de ma vie.


01. HEBEPHRENIA - CURT AND THE CONTRAS (1990 je crois)


  Tellement nul à chier que je suis même pas sûr de la date de cette bouse.
Du punk soviétique d'époque, à quoi ça pouvait bien ressembler dis-donc ?
Ben à rien de bien génial. Qualité sonore pire que du crust de fauché, compo linéairement chiante au possible, et du peu que j'ai compris d'une navrante médiocrité lyrique. Le tout saupoudré par le "chant" qui va avec.
Du sous-Kino mais sans rien en tirer de seulement potable.
Et le KGB n'excuse pas tout...



02. BRING THE WAR HOME - ISKRA et AGAINST EMPIRE (2006)


  Du black metal d'extrême gauche canadien pourquoi pas ?
Surtout que le groupe Iskra jouit d'une certaine réputation apparemment. L'autre groupe est à ajouter au peloton sans fin des formations merdiques de rase campagne.
Encore une fois la qualité sonore est pauvre et des accents hardcores sont assez mal venus, on navigue dans le bruitisme primaire et surtout facile au possible. Celà aurait pu presque être passable mais non...
Iskra a beau avoir un beau logo,  je me suis fait chier à son écoute.
Pourquoi les communistes produisent toujours de la musique merdique ? Et je parle des communistes pourris de la vraie vie, pas de RATM.


03. LOST HIGHWAY - BON JOVI (2007)


  N'en déplaise à la puissante centrale des fans de BJ, je me suis vraiment ennuyé à l'écoute de cet album. C'est bien simple, j'avais l'impression d'écouter un disque fait par un artiste français (allez avec des parents séfarades et né au maroc pour bien faire cliché) qui se la raconte "trip américain".
Bref ce fut comme un album "genre-fait-aux-US" de Bénabar ou Raphael, mais avec la voix de Bon Jovi.
Et pourtant tonton Jovi savait aligner quelques titres bien FM à un moment, alors qu'est-ce qui lui est arrivé ?



04. CHANSONS POUR LES PIEDS - JEAN-JACQUES GOLDMAN (2001)


  Non seulement celui-là je devais me le taper à l'époque à la radio, à la télé, mais en plus dans la caisse de tous les vieux de ma famille pendant un superbe été... Le truc qui plombe. A la même période il y avait pourtant De Palmas, qui était, selon une terminologie mature, vââââââchement mieux quand même. D'une niaiserie gerbante et abusive, un beau reniement du jeune JJG des 80s.





05. INGOBERNABLES - SIN DIOS (2000)


  Une excellente piste -j'en ai déjà parlé il y a un moment - et le reste qui aurait pu être aussi bien, mais non, le batteur a appris une putain de technique de maniement des sticks et la fout partout, et surtout quand il ne devrait pas. Résultat : ruinage total...
Fait chier, pour une fois que il y a un bon groupe punk anarchiste espagnol...






06. GARAGE DAYS - METALLICA (1998)


  Tiens, un album de reprises. Ah oui, mais de reprises chiantes.
A partir de ce moment, çà a commencé à se voir de façon trop évidente que c'était juste une question de dope et et de thune...









07. GROUPE DE RAP XXX - ALBUM DE MERDE feat. BIG WESH-WESH (19-2000)



Pour des raisons évidentes de sécurité physique, je vais adopter une technique très brave : la dissimulation. Mais si vous connaissez, vous comprendrez. Et si vous connaissez pas, vous penserez bien à un autre groupe, tout aussi à chier, donc çà change rien.

  Le pitch : trois, quatre ou cinq wesh-weshs de 30 piges qui font des T-shirts de wesh-weshs (genre 'Keine Angst, ich bin Moslem', ou 'suce ma bite pééééééééééédé') assassinent depuis quelques années déjà le hip-hop.
Nos  Power rangers (avec plusieurs sortes de wesh dans l'équipe, reubeus, pseudo-ritals/portos/espagnols fakes et le classique 'ethnie indifférenciable',  puis next level, avec dans le tas des spécimens mâles et femelles, pour corser le truc, tu vois) décident de faire un truc "lourd". Oui, c'est bien lourd. La musique rippée de "Synthétiseurs Party 8", qui existe pour de vrai, et de "Greatest Austrians Hits", fournit un amalgame à une avalanche de propos de l'acabi de "j'suis trop un bonhomme ué", "on représente", "nique les rageux", "t'es pas content ? j'te baise". En plus de dire de la merde, l'instru est mauvaise. Mais putain, mauvaise d'une force...Saupoudrez d'une couche d'islamisme primaire, de justification foireuse de la délinquance et de crétinisme à base de weed et vous aurez un sous-produit d'une sous-culture par des sous-merdes. Vive la France ùech.


08. BEST OF - LEGION 88 (1998)


  Cet album est tellement nul à chier qu'il a eu un impact significatif sur ma vie : c'est grâce à lui que je me suis juré de ne jamais être un néo-nazi ou un skin. Tout y est tellement à chier, du sérieux aux "parodies" de variété navrante. C'est tellement bas que çà en devient presqu'untermensch, tellement minable que les nazis de l'époque ont l'air de docteurs en théologie à côté.
Bref, gerbant, à gerber et à faire écouter à tous les mômes une fois dans leur vie. Et celui qui rit au premier degré, se prend le plus gros coup de pied au cul de sa vie.



09. DAUTHI BALDRS - BURZUM (1997)


  On se fait chier du début à la fin... Varg se rêve un espèce de scalde, mais fait plutôt un mauvais ersatz de compositeur japonais du dimanche...
Et vu la pochette on aurait pu s'attendre à quelque chose d'autrement plus méchant...









10. EN T'ATTENDANT - MELANIE LAURENT (2011)


Évidemment.












MENTION SPECIALE :

GLAUBELIEBEHOFFNUNG - BETONTOD (2010)


  Et pour finir, la preuve que le temps améliore parfois les choses et modère les jugements. La grosse, grosse déception musicale de 2010. Où étaient passés les types qui avait pondu un chef d’œuvre avec 'Schwarzes Blut' ? D'habitude, je m'en fous de qui fait quoi et de qui est un vendu ou pas, mais là c'était trop inattendu...
Très posé comme album pour un fan de punk, il l'est beaucoup moins en fait quand on écoute plus de styles éloignés les uns des autres. Les paroles un peu trop bubble-gum, avec le temps on les prend mieux voire dans un sens plus terre-à-terre.
Toujours pas génial,  le premier album de deutschpunk de très gros vendus ne mérite pas d'être jeté aux orties en fin de compte.
Peut-être y-a-t-il une voie de rémission pour 'Lost Highway', qui sait ?


A la prochaine pour de nouvelles aventures dans les poubelles de la musique. Et il y aura peut-être même Sexion d'Assaut ou David Guetta, si on me force à les écouter en soirée ou pire en voiture...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles aléatoires

Blogger