samedi 27 octobre 2012

AUCH - DIE AERZTE

(2012)

  2012 c'est peut-être l'année de la fin du monde, mais c'est surtout une année riche en sorties musicales des plus grands noms de la scène dont je parle tout le temps ici : le punk et le pop-punk allemand.
Et parmi les groupes squattant depuis bien longtemps le haut de l'affiche il y a les Médecins.
Alors leur nouvelle galette vaut-elle le coup de dépenser des euros ?

  Passons un visuel qui justifie amplement ce que l'on peut appeler "le mauvais goût germanique typique" et concentrons nous d'emblée sur le sonore.
On a droit ici à 16 morceaux, ce qui fait un sacré paquet. Pour ceux qui connaissent un peu plus la discographie du groupe que les simples touristes auditifs, vous vous doutez bien que dans le tas il y aura quelques bons gros bouzins à fuir. La question étant toujours de combien en écope-t-on par album.

  Hé bien on poursuit sur la bonne lancée des années 2000 même si les Médecins accusent une énième baisse de régime. Le savoir-faire est là et les différentes variantes de leur musique sont peu à peu abordées ici aussi (faut bien vendre au plus grand nombre). Naviguant entre entre le punk à l'ancienne, la pop bubble gum gnan gnan et la techno pourrie, le groupe tente même une incursion des plus réussies au royaume du heavy metal. Et la maestria est présente dans chacun des styles.
Personnellement je trouve que leurs mélodies de variété peuvent s'avérer géniales ou totalement à chier. Nous avons ici les deux. 'Tamagotchi s'avère ainsi très pénible (rien que le titre sérieux...), de même que 'Spaziergang mit Folgen' alors que 'Das finde ich gut' et 'Sohn der Leere' s'en tirent plutôt bien.
Il y a aussi un bon tiers  de titres entre les deux, un peu bofs comme 'M und F' et 'Freundschaft ist kunst' dont je ne sais pas trop quoi en penser tellement ils sont tiédasses.
Die ärzte en fait trop, comme à leur habitude. Du coup trop bien ou trop nul, c'est difficile de se décider parfois...

  Techniquement par contre, il y a une légère surprise. Car oui, ils se sont améliorés dirait-on. On a le droit à quelques petits solis bien sympas tout au long de l'album mais c'est véritablement sur 'Cpt. Metal' que le groupe se lâche complétement. Et pour être honnête, ils m'ont assez épaté sur le coup !


  Au niveau du texte, le moins que l'on puisse dire c'est que le trio est en forme et aligne quelques punchlines particulièrement bien trouvées. Les textes sont comme toujours intelligents ('Fiasko' et 'Tcr' particulièrement) et lorsqu'ils versent dans la sensiblerie ils le font bien. Mais le texte a toujours été leur point fort. Dernier et ultime avantage, leur sens de l'humour est intact et le second degré est souvent mis à contribution.

  Au final, bien moins bonne que 'Jazz ist anders' car plus soft, plus pop, moins énergique, la présente galette est tout de même de très bonne facture et mérite une place de choix dans la poppunkothèque de vos rêves dans la section soft.
Le plus gros reproche est au final le même pour chaque album des Médecins : trop de pistes bidons...
Je suis sûr qu'ils adorent composer des trucs sirupeux.





Le haut du panier :

-pour les plus punks ou disons "conscientes" : 'Ist das noch punk rock ?', 'Fiasko', 'Die Hard' dans une moindre mesure.

-pour le soft rock : 'Tcr', 'Das darfst du', 'Sohn der Leere', 'Das finde ich gut' dans une moindre mesure.

et enfin évidemment 'Cpt. Metal' !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles aléatoires

Blogger