dimanche 15 juillet 2012

LET'S PUNK ROCK 2

Suite à des événements mystiques de l'Univers et un certain manque de courage, j'ai eu le temps de vous gaver avec le meilleur du punk rock en allemand. Et là je vais vous en mettre plein la liste, vu que c'est un peu ma spécialité maison.
Parce que le punk rock US c'est stylé, et disons-le mainstream, on a parfois envie d'un truc encore plus agressif, plus sale, plus anarchiste. Willkommen.

Avec çà, plus question de dire que Killerpilze c'est le vrai punk rock à l'allemande. Que du lourd dans cette sélection de la récolte patiente d'un mec qui a plus de 100 skeuds du genre. Je n'ai volontairement pas remis les disques abordés dans les autres articles du blog, histoire d'éviter les redondances.

Le classement n'est pas très strict, mais si votre CD favori est en bas de liste, ça veut juste dire que pour moi il n'est pas nummer eins...

01. Blechdose -Terrorgruppe (2002)


Difficile de choisir parmi la très fournie discographie du groupe de terreur. Il y a tellement de morceaux énormissimes... Dans ce live de folie on pourra retrouver le meilleur du groupe en 26 pistes, ainsi que leurs légendaires introductions. Toutes les périodes y passent. Archie Alert et ses collègues ont simplement pris le meilleur de l'Amérique avec le meilleur du Kreuzberg et nous ont donné une paire de chansons parmi les plus cools du continuum espace-temps. Mention spéciale à 'Dicke Deutsche fahren mit Wochenendeticket in die Hauptstadt'  qui est juste "echte Wahnsinn".




02.5,6,7,8, Bullenstaat ! - Die Ärzte (2001)


Quand on a dit à Farin et Bela que leurs petites ritournelles c'était sympa, mais qu'ils n'étaient au fond pas des "vrais" punkers, ils nous ont sorti leurs mêmes imbécilités. Et après ce disque. Pistes ultra-courtes qui explorent toutes les facettes du punk à travers les âges, tel est le programme. Ils flirtent avec le cliché constamment, avec un regard critique anarchiste et la répartie bien connue des Médecins. De plus, il est téléchargeable gratuitement et légalement. Que demande le peuple ?
Si en écoutant 'Ich bin ein punk' vous n'avez pas envie de tout défoncer, hé ben on ne peut plus rien pour vous.


lien en bas de page : http://de.wikipedia.org/wiki/5,_6,_7,_8_%E2%80%93_Bullenstaat!



03.Die Geschichte von Richie und andere Schicksalsmelodien - The pigs must die (1998)


L'opera punk rock c'est décidément une bonne idée. On suit ici les mésaventures de Richie en quatre actes plus un CD bonus. Le moins que l'on puisse dire c'est que le fait de conserver des pans entiers de règles classiques a permis à la formation de créer une oeuvre d'ensemble des plus intéressantes. Le défi était de taille mais a été relevé avec brio. Le son est majoritairement très ancré dans la mouvance keupon mais cède la place à des emprunts de rock plus classique quand le besoin s'en fait sentir.
Ah oui, et 5 ans avant 'American Idiot'.


04.Bandera Pirata - Rasta Knast (2001)


Quand un groupe fan des Suédois d'Asta Kask (pas mal) se décide à se sortir les doigts du cul (encore mieux), on a le droit à une petite merveille. Se démarquant de leurs idoles assumées, les Allemands poussent le vice plus loin. Rapidité, chants mélodieux, textes noirs et dans l'urgence, tout y est. Transpirants le stress et la rancoeur, les taulards rasta n'ont rien de peace et hissent le pavillon noir pour notre plus grand bonheur.
Des inspirations lyriques viendront s'y mêler élevant le niveau bien plus haut que tout ce que l'on pouvait rêver.




05. Morgenrot - Das Untergangskommando (1997)


C'est un secret pour personne, je suis un gros fan de Michel de Mayence et sa bande. En huit pistes ils nous mettent une bonne claque dans la face. Le groupe pas très technique fait honneur à ses ainés de la première phase du deutschpunk mais parvient à le concilier avec le ressentiment et la mélodie.
Les textes directs mais empreints d'une réflexion réelle sur notre condition sont très bien mis en valeur par la voix unique du dit Michel et par les lignes mélodiques (parfois inspirées de la volksmusik !) simples très efficaces.



06.Tot aber lebendig - BRDigung (2010)


On nous bassine que l'Allemagne c'est la terre du heavy metal. Mais bien sûr. Cependant quand un groupe germanique mélange à ce point les deux courants qui pètent le plus dans le rock on s'attend à un truc indigeste. Que nenni. La technicité bien réelle n'a pas pris le pas sur la hargne et la rapidité de la musique de la rue. Le cocktail fonctionne à merveille et les pistes "hammers" s'enchaînent sans répit. Pour une fois que les solis ne sonnent pas mous ou chiants mais restent techniquement parlant très chauds ! Avant de faire de la choucroute auditive BRDigung signe ici un album excellentissime qui devrait plaire tant au metalheads qu'aux petits cons dans mon genre.


07. Discontent hearts and gasoline - ZSK (2005)


Récemment de retour, le combo street punk porte le style vers de nouveaux sommets musicaux sans pour autant avoir édulcoré ses convictions. Malgré 5 titres patauds sur 13 et un chant particulier il faut bien l'avouer, l'album fait date. Mélodique au possible mais toujours nerveux et rapide, on a le droit à une démonstration de maître. Preuve s'il en est qu'on a pas besoin d'en faire des tonnes pour faire passer son message avec force.  Sans compter une surprenante et magnifique piste de clôture d'album.


08.Bleib tapfer -Wizo (1992)


En 1992 on a un type qui s'appelle Kurt Cobain et qui soit disant ringardise à la fois le metal et le punk. C'est clair aux Inrocks et chez les autres muguls du genre on a jamais entendu parler de Wizo. Amateurs des pistes à la con ou de mauvais goût, ils font une exception avec cet album. Speed, bordelique, noir et débile à la fois, le son est unique mais surtout inimitable. Les vocalises d'Axel sont mises à profit pour enluminer un style de jeu très personnel et percutant.
Rien que quand tu écoutes 'Diese Welt', c'est sûr çà change ta façon de concevoir le monde.1992, déjà...




09.Guten Tag, mein Name ist Thomas - SPN-X (2004)



C'est bien simple. On prend Blink 182 et des groupes plus ou moins occultes de diverses régions de la République fédérale et on agite. Aussi bons d'un point de vue guitaristique, mais pas rythmique, tout aussi juvéniles mais un peu moins immatures que les Américains, ils alignent les pistes qui auraient marqué l'histoire du pop-punk à base d'histoires de coeur/cul si elles avaient été en anglais. Léger, décontracte mais n'oubliant pas de distiller des messages anarchisants, c'est frais (comme disent les Parigos à la con). Et ça ne sent quasiment jamais la bratwurst.





10. Nimm drei - Dritte Wahl (1996)


De manière plus brutale que BRDigung, Dritte Wahl joue un punk très teinté par le heavy metal mais aussi à l'occasion par le hip hop. Leur meilleur opus reste à mon sens le troisième. Massives, agressives, les pistes sont du punk véritablement lourd. Fiers de leurs origines est-allemandes et en guerre contre capitalisme et  militarisme le trio s'est fait une place en or sur la scène deutschpunk. Amplement méritée.
Ils gueulent d'un bout à l'autre de l'album mais ce n'est jamais gratuit.
Et j'adore la reprise de la chanson communiste 'Die Resolution der Kommunarden'.




11. Schwarzes Blut - Betontod (2006)


Après avoir fait du deutschpunk chaotique et avant de faire de la soupe, Betontod a sorti un album juste bien comme il faut. Rock et punk à la fois, 'Schwarzes Blut' était assez impressionnant dans le paysage de son temps (pas si lointain c'est vrai). La grosse voix de Meister se marie bien avec cette espèce de power pop punk sous-jacent.La musique en elle-même est très allemande tant au niveau des intonations du chant que des rythmes utilisés, mais celà passe sans problème.

Le topo, quant à lui,est mature et quelque peu à l'heure du bilan d'une révolte qui ne rime plus à grand-chose. Bref, on y vient pour la musique mais on y reste pour le texte.



12. DAS ist Punk - Normahl (2003)


Groupe vétéran des années 80, Normahl est mon préféré des "vieux" groupes de deutschpunk. L'aspect assez fun et ironique de leurs textes, ainsi qu'une musique plutôt apaisée confère à leurs morceaux un je-ne-sais-quoi de reposant. Composé de leurs meilleurs morceaux remis au goût du jour, cet album est un best of sans en être un. On retrouve avec plaisir des vieux titres familiers (enfin si vous recevez la télé allemande...) avec quelques petits nouveaux. Bref, c'est un peu le même phénomène que pour le métalleux qui écoute du Scorpions.

 

 

 

13. Kein Weg zurück - Tetra Vinyl ( 1998)


Groupe bien obscur de l'Est, ils ont produit un LP assez intéressant surtout au niveau des riffs et de l'intensité de certaines pistes. Un peu comme si Noodles avait fait un boeuf avec des types de Silésie. La qualité d'enregistrement lui confère un côté crust, qui renforce l'attachement que l'on peut éprouver pour cette musique. Elle n'en devient que plus personnelle. 'Monopoly', '2 Meter', 'Heimatdorf' autant de pépites vraiment bien cachées dans le monde physique à découvrir.
Bref, ce groupe ne sera jamais connu mais c'est ce qui donne un aspect collector à des morceaux vraiment bien trouvés et construits pour la majorité d'entre eux.

14. Im Westen nichts neues - OHL (1997)


Groupe très prolifique du début des années 80, OHL est à plus d'un titre atypique dans le milieu. Arborant une image guerrière, ses chansons sont généralement très anti-communistes ou anti-religion. Le son y est bruitiste, dans la veine des premiers groupes de hardcore pour l'essentiel. Ce LP reprend tous leurs titres sortis sur différents EP entre 1980 et 1986 dans leur version d'origine. Même si le péril rouge a disparu, on retrouve avec un certain plaisir le climat d'une époque très tendue et radicale par bien des points.




15. Ameisenstaat - Knochenfabrik (1997)


Un son déglingué, une voix horriblement acide qui éructe des textes mi-dégueu, mi-déprime, ça donne pas envie normalement. Mais avec Knochenfabrik si. Le tempo est rapide, la structure simpliste. C'est acide, c'est court, c'est juste ce qu'il faut. Comme si un ulcère de l'estomac pouvait faire la musique.
Si tu détestes un tant soit peu la société, c'est une illustration parfaite du sentiment de frustration/aigreur vécu au quotidien.






16. Ostpunk - Fusspils (2006)


Pour une raison ou une autre ce LP m'a véritablement marqué. Le son est un des plus rauques, primitifs et antimélodiques que j'ai eu l'occasion d'entendre. Il en est presque absurde. De cette violence quasi dadaïste émerge des paroles de pure haine d'ultra gauche. Seul un endroit malade comme l'ancienne DDR a pu accoucher d'un truc aussi âpre. Ne laissant aucun espoir en l'Homme ou le reste d'ailleurs, ce LP est une expérience assez édifiante si on l'écoute un peu plus attentivement que la moyenne. 'Ich bin von euch gegangen' résume pas mal l'album. Ça c'est plus hardcore encore que les cris et les riffs de vengeance je me dis.




17. Verbotene Früchte - Heiter bis Wolkig (1997)


A la fois troupe de théâtre comparable à nos Robin des Bois nationaux et groupe de rock/punk, HbW sombre le plus souvent dans un rock au mauvais goût assumé. Alternant habituellement sketchs et musique aux paroles débiles ou ironiques, sur le présent album ils ont mis en avant leurs productions éléctriques. On y retrouve ainsi des pistes plus ou moins vénères et des textes très second degré. Certaines pistes comme '10 kleine Nazischweine' ou 'Hey Rote Zorra' ont la portée des classiques de Slime mais un peu plus marrant.





18. Deutschpunk revolte - WTZ (2000)


Axel Kurth avec son side-project livre ici une performance qui ne peut pas laisser de marbre le fan de vieux son vrombrissant de la fin des années 70. Ressuscitant ni plus ni moins le style de l'époque antédiluvienne, il aligne 16 pistes que l'on jurerait écrite plus de 20 ans auparavant. Mais le pire c'est qu'elles sont vraiment réussies. Les textes sont dans la pure tradition "post Sex Pistols" et la musique très faible techniquement claque pourtant. Tous les codes de l'époque y sont présents, même le vieux "Oi! Oi! Oi!" apparaît. 'Totalverweinerung' "Penner P" et le titre éponyme sont tout bonnement monstrueux.




19. Schlachtrufe BRD IV - Sampler (1995)


Déjà évoquées dans ce blog, les compilations Schlachtrufe BRD regroupent toute la crème des morceaux du moment. Parmi les neuf éditions sorties jusqu'à ce jour, ma favorite est celle-ci qui tient le coup en tant qu'album à part entière. Les groupes présents y sont pour la plupart des groupes de seconde zone avec quelques bons morceaux seulement à leur actif. Or ici, ils sont tous ensemble. L'ensemble est varié mais dans une optique clairement anarchiste à chaque fois. Pas de fun punk, on reste sérieux. Ces compils sont de plus un excellent moyen d'élargir son horizon musical.



20. Wellenbrecher - Sampler (1999)


Ou quand le punk assume pleinement son héritage pop. Cette autre compil présente quelques perles. Le principe est simple des groupes punks de toutes les époques confondues nous jouent ici leur version des titres phares de la Neue Deutsche Welle, reprenant Nena ou Falco mais aussi et surtout des chanteurs de pacotille complétement iconnus de nous pauvres francophones, et sans doute d'une grosse partie des Allemands eux-mêmes. Imaginez un peu 'Vanina' reprise par les Rats. La majorité des titres ici dispensés vous donneront à la fois envie de vous (re)pencher du côté des punks mais aussi de (re)découvrir les titres pop/new wave originaux souvent noyés dans du synthé kitschissime.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles aléatoires

Blogger