dimanche 29 juillet 2012

DAYS GO BY - THE OFFSPRING

(2012)


 Alors il est là, le nouveau Offspring. Quand un de tes trois groupes favoris toutes périodes confondues sort un nouvel LP, forcément tu as l'impression d'être arrivé à l'heure du bilan. Tu compares avec leurs débuts, tu vas sur YouTube voir leurs premiers concerts filmés, tu te replonges dans tous tes vieux CDs physiques de l'époque. Bref, le temps semble suspendre sa course.
Après quasiment une décennie d'albums inégaux, remplis à moitié de pistes géniales et de pistes bouche trous, qu'en est-il du dernier né des vétérans d'Orange County ? 

   Premièrement, on a un artwork qui accuse le coup. Pessimiste, tranchant radicalement avec l'aspect cartoon funny de ces 15 dernières années. L' heure semble au passage de flambeau. La première impression est celle de tenir le testament musical de Greg K., Holland et Noodles. Comme si la boucle était bouclée, que les jours de gloire s'en étaient allés.

  Deuxièmement  on peut s'apercevoir que sur les 12 pistes dispensées on a, tout comme sur l'opus de 2008 (putain déjà :S !), fait disparaitre les intros et les pistes bonus. Retour à la simplicité, les Californiens n'ont plus de prétention à atteindre les charts. Contrairement à Green Day qui ne devrait pas tarder à nous sortir des EPs qui font flipper.

  D'emblée on peut séparer les morceaux en trois catégories et adapter son jugement en fonction.
'Cruisin' California' et 'OC Guns' sont des titres parodiques, alors que 'Dirty Magic' est une reprise d'un groupe pas trop connu nommé The Offspring (...). Le reste de ce qui est proposé étant du matériel neuf.  Concernant les titres parodiques on est clairement au royaume du foutage de gueule. Et il est rondement mené. Prends toi çà dans la face Kati Perry et tes mélodies dont même Lio aurait honte. Idem, prenez çà les pseudos gangstas latinos de lottisement (blancs de surcroit... non mais des gangsters blancs... pourquoi pas des capitalistes chinois...) sur une instru bien rippée de Cypress Hill. Le texte est con-con comme il faut, retour au Offspring marrant de la génération American Pie. Amusant aussi de voir qu'en 11 ans on est passé du blanc singeant les noirs de 'Pretty fly' au blanc singeant les latinos singeant les noirs d' 'OC Guns'. Une évolution de la Californie ?


  Pour le reste musicalement, on évolue constamment entre le vieux son et le rock plus apaisé du dernier album. La variété est donc de mise, mais en tant que vieille croûte ayant adhéré à leur premier album (et oui... à l'époque anté-ADSL on se contentait de peu), je retrouve les mêmes errements et travers déplaisants de  'Rise and Fall'  ici et ce sur quelques titres. 'All I left is you' s'enfonce ainsi dans un rock à la Foo Fighters qui me laisse des plus indifférents même après un mois d'écoute. C'est encore pire avec 'I want a secret family with you'. Cependant la tentative de faire autre chose est louable et pas si mal menée, sauf que je ne dois plus être le bon public.
Passé ces deux écueils, on a droit à du bon.

  A des degrés divers on replonge dans ce qu'on a aimé par le passé, le D-Beat, les riffs mi-punk mi-pop et les whooooo-oooooooo. La voix de Holland a quelque peu souffert (on a pas éternellement la voix de ses 25 ans), mais fait toujours recette quand il ne pousse pas trop la chansonette. Les deux dernières pistes sont ainsi très bonnes à mon sens, ainsi que les deux premières de l'album.
'Days go by', qui à ce que j'ai lu ressemblerait à une production de Dave Grohl et ses copains, est elle aussi bien plaisante. Il n'empêche que pour un morceau soft et rock il est très efficace. Les deux pistes suivantes sont un peu plus fades mais pas trop mal non plus.

  Le topo et les textes sont désabusés, un peu mélo et parfois... ratés. On a donc à boire et à manger sur cet album. Cependant comme écrit plus haut, on retrouve constamment l'idée que le groupe va laisser la place, qu'ils ne se tournent pas tant que çà vers l'avenir. Bref, ça sent la fin.

  Et 'Dirty magic' alors ?
Hé bien, un bon titre à la base, remis au goût du jour, et qui reste un bon titre. Mais sa présence ici fait assez gadget. Pas désagréable, mais je ne comprends pas trop l'intérêt du truc...

  Au final, un album inégal sentant la fin de règne mais qui s'en tire bien mieux que son prédécesseur. En gros, quand c'est bon, c'est aussi bon qu'avant, et quand c'est pas terrible, c'est pire qu'avant ou au mieux égal à 'Rise and fall...'



Pour les vieux : 'Dividing by zero', 'Slim Pickens does the right thing and rides the bomb to Hell',
'OC Guns', 'Cruisin' California', 'The future is now'.
Pour les plus tolérants avec le rock soft : 'Secrets from the underground', 'Days go by', 'Hurting as one'.


2 commentaires:

  1. Splinter était pas terrible non plus :x

    Concernant Dirty Magic pour moi c'est juste du foutage de gueule, sachant qu'ils avaient déjà sortis un Best of, il n'avaient qu'à le placer là.

    Sinon effectivement ils s'en sortent bien :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait Splinter est un de mes albums favoris d'Offspring ^^ Et ce malgré une petite moitié de titres qui ne servent qu'à faire du remplissage.

      Supprimer

Articles aléatoires

Blogger