jeudi 24 mai 2012

GASSENHAUER - TROOPERS

1998


  Oi! Deux lettres et un point d'exclamation qui sentent bon les emmerdes et les regards désapprobateurs. Pas de blabla inutile sur qui ou quoi est skin ou ne l'est pas, si on les aime ou pas, gnagnagnagna. Changez de disques, les Teletubbies (ahahaha....).

  Une fois cette mise au point nécessaire effectuée, passons à la présentation du groupe. Troopers est un groupe, devinez quoi ?... allemand de gros bras très VAGUEMENT politisés à gauche. Voire pas du tout, on peut se poser la question parfois. Actif depuis le début des années 80, seul son chanteur et guitariste, 'Atze', est encore et toujours présent au fil de leurs albums. Le reste étant à géométrie variable. C'est un groupe berlinois devenu assez important depuis la Réunification qui attire plutôt un public skin, mais aussi punk. Parmi la scène Oi! allemande non néo-nazie, ils sont assez réputés, même si musicalement ce ne sont pas les plus fins. Ils signent également des coopérations avec des groupes plutôt pas mal comme Toxpack, Rawside, Loikaemie ou COR.
Mais si parfois un petit peu de Oi! n'est pas désagréable, je ne suis pas un gros fan de cette musique qui dérape vite dans le balourd et encore moins de Troopers. Alors, quid de cette présentation ?

  Hé bien, c'est tout simplement un de ces albums, qui si on l'écoute attentivement et pas en train de faire 36.000 choses sur son PC ou son Mac, dégage une présence. A son écoute, on ne se sent plus seul pour paraphraser Noodles ou Holland, je ne sais plus. Il dégage un forte authenticité tant dans le propos que dans le son.Troopers pourrait être un groupe de seconde zone de province qu'on écoute un peu dans son coin. Et c'est suffisant. Il ne faut pas se leurrer ou écouter les connards regroupés par grappes en associations "bien-pensantes", la musique des skins est faite pour fédérer, faire vivre un esprit de groupe. Et c'est bien pour cette raison que les skins existeront toujours plus ou moins.

  Musicalement le groupe ne donne plus dans la Oi! pur jus, mais à la manière de The Exploited a mixé son style de départ avec le thrash metal ces dernières années. Comme bien souvent avec les groupes de skins, la virtuosité n'est pas au rendez-vous, même si la prestation n'est pas mauvaise, loin de là.
Les riffs sont parfois faibles techniquement et tournent en boucle à l'occasion mais ils s'avèrent sur certains morceaux très bons. A l'occasion on trouvera une seconde piste guitare ou un solo ('Die letzten werden die ersten','Verrückt genau wie wir'). On pourra noter une structure non linéaire particulièrement appréciable tout en restant dans la matrice de la Oi!
La basse fait de la figuration mais la batterie est plutôt bonne et le batteur (celui de COR) gère plus que bien la double-pédale.
 Seul bémol, aisément pardonnable, la qualité de l'enregistrement et la sonorité des instruments. Loin d'être exceptionnel, le son de la guitare avec le même effet le long des 11 pistes n'est pas toujours le plus adapté à mon sens. Même si il ne dessert jamais la piste.

  Le chant de Atze est reconnaissable entre mille avec sa grosse voix. Il ne force pas trop sur cet album et le résultat n'en est que meilleur. On retrouve des chœurs un peu mous mais qui donnent envie de suivre, comme les skins savent bien en faire. Pas de grandes excentricités, pas de vocalises, on reste street.

  Les thèmes abordés par le trio ne tournent pas tant autour de la Sainte Trinité bière-baston-copains que des sentiments. Précisons qu'il n'y a pas d'expression de haine quelqu'elle soit. Comme dit plus haut, une partie des morceaux proposés appellent à la "cohésion" et à "l'amitié". En français, ces mots sonnent idiots mais en allemand "Zusammenhalt" et "Freundschaft" expriment pleinement ces concepts. L'autre partie se penche plus volontiers sur la psychologie (oui, oui) et le ressenti de l'individu.
Les textes sont simples, directs parfois brutaux et critiques mais n'en restent que plus vrais.

 Au final, plus soft que du métal, plus lent que du punk, de la musique rock "de dur" à l'allemande. Et des choeurs qui font du bien aux oreilles. Si on accroche, on trouve toujours du plaisir à le réécouter.



Pistes plus que biens : 'Komm mit uns','Gassenhauer', 'Die letzten werden die ersten', 'Leben wie Gott', 'Scheissegal', 'Ein Mensch wie jeder'.

PS : pour tout les éventuels rageux retournez vous branler sur le dernier rap français "conscient" (c'tte connerie...), Manu-Chao-bouh-les-fachos ou ce que vous voulez en fait. Téléchargez la disco de Légion 88 si vous voulez vous énerver contre de vrais nazillons. A bon entendeur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Articles aléatoires

Blogger